Twitter

mercredi 22 août 2007

Ça ne brille pas fort II : l'Américaine

Je poursuis ma quête des pires joueurs ayant pris part au match des étoiles, avec l'équipe des pires joueurs, Ligue Américaine, 1961-2007.

L'équipe de la Nationale a été choisie récemment.

Je cherche des joueurs qui ont soit été choisis même s'ils étaient moyens ou même pire, ou qui ont eu une période de jeu brillant extrêmement limité. Points bonis pour ceux qui ont perdu leur poste peu longtemps après, ceux qui génèrent instantanément un "C'est qui ça?" ou un "Comment a-t-il pu se retrouver au match des étoiles" ou pour qui la sélection avait fait jaser même à l'époque.

Dans l'ensemble, plus de bons choix dans l'Américaine, la compétition est féroce.

Receveur : Don Leppert, Senators, 1963. Leppert a un total de 532 présences au bâton sur 4 ans, pendant lesquelles il a frappé ,229/,289/,363. En 1963, il a atteint un sommet personnel de 211 présences au bâton. Il a aussi connu un match de 3 circuits en avril de cette année, ce qui compta pour 50% de sa production de la saison et 20% de son total en carrière. Mention : Jerry Moses, Red Sox, 1970.

Premier-but : Ron Coomer, Twins, 1999. Bon, Coomer avait les aptitudes nécesaires pour faire semblant d'être un 3e but, mais en 1999 il a joué plus souvent au 1er but. En 1999, Coomer frappa pour ,263/,307/,424, tout près de ses stats en carrière, à ,274/,313/,421, complètement insuffisantes dans son ère offensive. Il fut en régulier jusqu'en 2000, puis un réserviste jusqu'en 2003. Mention : Jim Spencer, Angels, 1973.

Deuxième-but : Dave Nelson, Rangers, 1973. Joueur rapide qui a volé 94 buts en 1972-73. Malheureusement, pas mal son seul atout, alors qu'il a frappé pour ,244/,305/,312 durant sa carrière, qui n'inclut que 3 saisons comme partant. Mention : Joey Cora, Mariners, 1997.

Troisième-but : Scott Cooper, Red Sox, 1993-94. Difficile d'imaginer aujourd'hui, mais les Red Sox ont été il y a pas si longtemps si pathétiques que pendant deux années consécutives, ils n'avaient rien de mieux à envoyer au match des étoiles qu'un jeune 3e but vaguement prometteur. Copper n'a jamais montré de puissance et il sera échangé par les Red Sox après la saison 1994, après quoi il disputera moins de 200 matchs dans les majeures. Il termine sa carrière à ,265/,337/,386 en 592 matchs. Mention : Don Wert, Tigers, 1968.

Arrêt-court : Alfredo Griffin, Blues Jays, 1984. La définition même d'un joueur qui n'aurait pas dû être là. Il avait accompagné son coéquipier Damaso Garcia à San Francisco pour le match des étoiles, on a eu besoin d'un arrêt-court, et voilà, le reste fait partie de l'histoire. Griffin était l'exemple classique de l'arrêt-court des années 80. Bon défensivement, incapable de frapper. Il a frappé pour ,249/,285/,319 dans sa longue carrière de près de 2000 matchs. On l'a laissé faire 533 retraits comme frappeur en 1980, le 10e plus haut total de l'histoire. Mention : Gary DiSarcina, Angels, 1995.

Voltigeurs : Ken Berry, (White Sox, 1967), Richie Scheinblum, (Royals, 1972) et Dave May (Brewers, 1973). Berry a eu une assez longue carrière, malgré une ligne de ,255/,308/,344 en carrière, sans vitesse, grâce à ses talents défensifs. Une séquence de 20 matchs avec un coup sûr l'a aussi aidé à être sélectionné en 1967. Scheinblum, a eu de belles saisons 1972 et 73, où il a frappé pour plus de ,300. Mais, plus deux tiers de ses coups sûrs obtenus en carrière l'ont été dans cette période. Il était reconnu pour ses débuts de saison très lents, ce qui n'a pas aidé à sa carrière. Son dernier match fut en 1974. May a eu une carrière peu remarquable, frappant pour ,251/,318/,375 en 12 saisons. Plus du quart de ces 96 circuits en carrière ont été frappés en 1973. Une autre raison pour laquelle on pourrait se souvenir de May : il a été échangé contre Hank Aaron et Jeff Burroughs. Mentions : Mike Hegan (Pilots, 1969), Pat Tabler (Indians, 1987) et Rob Fick (Tigers, 2002).

Lanceurs partants : John O'Donoghue (Royals, 1965), Dave Lemanczyk (Blue Jays, 1979), Ken Schrom (Indians, 1986), Jason Dickson (Angels, 1997) et Mark Redman (Royals, 2006). O'Donoghue, qui a fini sa carrière à Montréal, était l'as des A's de KC. Il a terminé sa carrière avec une fiche de 39-55 et une MPM de 4,07 (alors que celle de la ligue est 3,55). Lemanczyk a eu la demi saison de sa vie en 1979, avec une fiche de 7-7 et une MPM de 3,33. Il n'allait remporter que 5 autres victoires dans sa carrière, une seule en 1979. Il termine à 37-63 avec une MPM de 4,62. Schrom a aussi eu une demi-saison de rêve en 1986, débutant la saison avec une fiche de 10-2. Il sera 4-5 avec une MPM de plus de 5 en 2e moitié, et sera hors du baseball en 1988. Il a eu une fiche de 51-51 et une MPM de 4,81 en carrière. Le Canadien Dickson a remporté 13 victoires comme recrue en 1997, puis 10 la saison suivante malgré une MPM de plus de 6,00. Les blessures ont ruiné le reste de sa carrière, qu'il termine en 2000 avec une fiche de 26-25 et une MPM de 4,99. Redman est la définition même d'un partant de bas de rotation, et il en était à sa 6e équipe en autant de saisons en 2006. Après sa saison médiocre à KC, il n'a pas trouvé preneur comme joueur autonome, obtenant finalement un essai pour 4 départs atroces avec les Braves, possiblement les derniers de sa carrière. Mentions : Jose Santiago (Red Sox, 1968), Bill Travers (Brewers, 1976), Matt Young (Mariners, 1983), Steve Ontiveros (A's, 1995), Joe Mays (Twins, 2001).

Releveurs : Ed Farmer (White Sox, 1980), Lance Carter (Devil Rays, 2003) et Mike MacDougal (Royals, 2003). Un lanceur qui avait fait le tour de la ligue, Farmer a eu deux bonnes saisons en arrivant à Chicago en 1979-80. Il n'allait plus être le même ensuite, et termine avec 75 sauvetages et une MPM de 4,28. Ça prenait un repésentant des D'Rays en 2003, et on a choisi l'as releveur. Il va probablement terminé sa carrière avec moins de 30 sauvetages, 26 obtenus cette saison là, et une MPM de 4,15. Un peu la même histoire avec MacDougal, qui a alterné entre échec comme partant, correct comme releveur numéro un, blessé, incapable de trouver le marbre, et correct comme spécialiste gaucher. Mentions : Barry Latman (Indians, 1961), Shigetoshi Hasegawa (Mariners, 2003), Danys Baez (Devil Rays, 2005).

4 commentaires:

Barclay a dit...

Quand j'ai vu le titre de l'article, j'étais sûr que le nom de Scott Cooper allait sortir. Une autre raison pour laquelle ce gars-là était surévalué,c'est qu'il succédait à Wade Boggs au 3ième but pour les Red Sox. Comme il remplaçait Boggs, on assumait qu'il était aussi bon que lui.

Scott Cooper peut se vanter d'avoir représenter au match des étoiles une équipe qui comptait dans ses rangs Roger Clemens deux années de suite. Wow...

Anonyme a dit...

Scott Cooper: peut-être pas fort comme joueur de baseball, mais c'est un maudit beau nom de joueur de baseball.

Dez

pimor a dit...

Alfredo Griffin était pas juste bon en défensive à l'Arrêt-court, il était excellent, ça compense son bâton (le bâton d'un arrêt-court était en moyenne rarement bon de toute façon de presque tout temps)

Le fantôme du stade a dit...

Un seul gant doré, des tonnes d'erreurs. Griffin était bon, mais il était aussi catastrophique au bâton.

Le vrai malheur, par contre, c'est que j'ai raté un des meilleurs candidats : Ken Harvey des Royals en 2004.