Twitter

lundi 27 août 2007

Duels canadiens

Vendredi dernier, l'Ontarien Shawn Hill était le partant des Nationals, et son adversaire sur la butte pour les Rockies était Jeff Francis, natif de Vancouver. L'article de l'Associated Press mentionne que c'est le premier duel canadien depuis 2000, mais ne nous informe pas sur la fréquence de ces affrontements.

J'ai fait ma petite recherche, et j'ai dénombré 13 de ces matchs dans des ligues majeures. Voici la liste complète :

  • #1 à #4 : Bill Mountjoy contre Bob Emslie, Association Américaine, 1884-1885. Considérée alors comme une ligue majeure - son champion affrontant celui de la Ligue Nationale - l'Association Américaine compte 13 équipes dans ses rangs en 1884, puis 8 la saison suivante. La ligue fut en activité entre 1882 et 1891. Les deux Ontariens amorcent leur carrière dans les majeures en 1883, Mountjoy avec les Red Stockings de Cincinnati et Emslie avec les Orioles de Baltimore. Emslie effectue 23 départs, mais Stocking un seul. La saison suivante, les deux sont réguliers et croiseront le fer à 3 reprises. Le 26 mai 1884, les Red Stockings visitent les Orioles avec nos deux Canadiens comme partants. Mountjoy et les Red Stockings s'inclinent 11-3. Le 23 juillet, les Orioles sont à Cincinnati et on a droit à un match revange. Cette fois-ci, c'est Emslie qui s'inclinent, 9 à 2. Emslie et Mountjoy s'affrontent une dernière fois le 21 septembre, avec Mountjoy le gagnant, 11 à 10. Malgré ses insuccès face à son compatriote, Emslie a la meilleure saison, avec une fiche de 32-17 en 50 départs, et une MPM de 2,75. Il mène la ligue avec 43 mauvais lancers, le 11e plus haut total de l'histoire. Mountjoy n'est pas mauvais à 19-12, 2.93. Les deux sont de retour à leur poste en 1885. Ils s'affrontent le 20 mai à Cincinnati, et Mountjoy a encore le dessus, cette fois par un score de 15 à 3. Le bras probablament amoché par les 455 manches lancées en 1884, Emslie perd ses moyens, présente une fiche de 3-10 avec les Orioles avant d'être remercié. Il termine la saison avec les A's de Philadelphie, avec qui il est 0-4. Ce n'est pas vraiment mieux pour Mountjoy, qui est remercié par les Red Stockings malgré une fiche de 10-7. Il termine la saison avec les Orioles, où il a un dossier de 2-4. Ce sera la dernière saison dans les majeures pour les deux lanceurs canadiens.
  • #5 : Oscar Judd contre Ed Bahr, Ligue Nationale, 12 juillet 1946. Il faut attendre plus de 61 ans pour avoir le duel canadien suivant, après en avoir vu 4 en moins d'un an. Judd, un lanceur gaucher de l'Ontario de 38 ans, a connu un départ tardif, atteignant les majeures à 33 ans avec les Red Sox en 1941. Après plus de 4 saisons et 350 manches avec ce club, il se retrouve avec les Phillies en 1945, d'abord comme releveur, puis il se joint la rotation la saison suivante. Bahr est un droitier de 26 ans, originaire de la Saskatchewan, qui amorce sa première saison dans les majeures. On l'utilise comme "swingman", le promenant entre la rotation et l'enclos. Ils croisent le fer en juillet à Pittsburgh, avec Bahr qui remporte la victoire dans un match de 4-3. Ce sera une des 8 victoires de Bahr cette saison là, lui qui a aussi 6 défaites, pour aller avec sa MPM de 2.63. Il connaîtra une mauvaise saison 1947, qui sera sa dernière. De son côté, Judd termina la saison 1946 avec une fiche de 11-12, 3.53. Il connaît lui aussi une mauvaise saison 1948, puis lancera brièvement dans les majeures en 1949.
  • #6 à #9 : Reggie Cleveland contre Ferguson Jenkins, Ligues Nationale et Américaine, 1972-1980. L'Ontarien Jenkins, membre du Temple de la renommée, debute sa carrière en 1965 avec les Phillies, mais passe rapidement aux Cubs, où il remporte 107 victoires entre 1967 et 1971. Le droitier Cleveland, de 5 ans et demi le cadet de Jenkins, débute sa carrière par de courts séjours avec les Cards en 1969-70. En 1971, le natif de la Saskatchewan s'établit comme partant régulier, mais Jenkins et lui se ratent. Le 31 juillet 1972, nous avons finalement une première confrontation, à Chicago. Jenkins est brillant, blanchissant les Cards sur 6 coups sûrs, pour sa 14e victoire de la saison. Cleveland subit l'échec en donnant 4 points en 5 manches, portant sa fiche à 12-6. Ce sera le début d'une séquence atroce pour Cleveland, qui termine la saison à 14-15. Jenkins de son côté remporte ses 20 victoires pour une 6e année consécutive. Les deux se retrouvent pratiquement un an plus tard, le 28 juillet 1973, encore au Wrigley Field. Cette fois-ci, c'est Cleveland qui a le dessus en limitant les Cubs à 2 points en 6 manches, alors que Jenkins donne 5 points en autant de manches. Les Cards gagnent 7-2. Cleveland a sa meilleure saison à 14-10, 3.01, alors que Jenkins a une de ses pires à 14-16, 3.89. Les deux sont échangés dans l'Américaine en 1974, Jenkins au Texas et Cleveland à Boston. Ils s'affrontent à nouveau le 24 avril 1974 au Texas, et les deux complètent leur match, les Rangers et Jenkins l'emportant 3-2. Jenkins reste au Texas une seule autre saison, avant d'être échangé à Boston, où il sera le coéquipier de Cleveland en 1976-77. En 1978, Jenkins retourne au Texas, ou Cleveland le rejoindra dès la mi-avril. Ce dernier se retrouve à Milwaukee en 1979, où il devient releveur. En 1980, il est utilisé sporadiquement comme partant, ce qui lui donnera une dernière opportunité d'affronter son compatriote, rencontre qui aura lieu le 22 août 1980, au Texas. Les deux ont connus des jours meilleurs, et aucun n'atteint la sixième manche. Cleveland donne 6 points en 5 manches et Jenkins 3 en 4,1 manches. Les Rangers gagnent 12-6, mais Jenkins n'a pas lancé 5 manches et n'a pas le crédit de la victoire. Cleveland subit le revers. Ce sera le dernier départ de Cleveland en carrière, mais il lancera 47 matchs en relève à la fin 1980 et en 1981. Il termine sa carrière avec une fiche de 105-106. Jenkins retournera avec les Cubs en 1982-83 pour terminer son illustre carrière.
  • #10 : Denis Boucher contre Kirk McCaskill, Ligue Américaine, 20 juillet 1991. Le jeune gaucher de 23 ans était au tout début de carrière. Après avoir obtenu 7 départs en avril-mai avec les Jays, il est échangé à Cleveland le 27 juin. Il joint immédiatement la rotation des Indians. De son côté, McCaskill, un Ontarien droitier de 30 ans, en est à sa 7e saison dans la rotation des Angels. Ils croisent le fer à Anaheim en juillet. Boucher connait son meilleur départ de sa jeune carrière, limitant les Angels à un seul point en 7,2 manches. De son côté, McCaskill donne 3 points en 7 manches, les Indians l'emportant 4-1. Boucher remporte ainsi sa 1ere victoire dans les majeures, portant sa fiche à 1-6. Il se promènera entre majeures et mineures jusqu'en 1993, où il passe aux Expos, apparaissant pour la dernière fois dans les majeures en 1994. McCaskill signe après la saison comme joueur autonome avec les White Sox. Après une saison et demi comme partant, il est converti en releveur. Il prend sa retraite après la saison 1996 avec une fiche de 106-108.
  • #11 : Éric Gagné contre Ryan Dempster, Ligue Nationale, 7 septembre 1999. Pour son premier match dans les majeures, Gagné affronte les Marlins à Miami. De plus, son adversaire est Ryan Dempster, un jeune droitier de 22 ans de la Colombie-Brittanique, qui fut son co-chambreur avec l'équipe nationale. Dempster en était à sa première saison complète dans les majeures. L'avenir semble reluisant pour le baseball canadien alors que les deux s'échangent des zéros. Gagné quitte après avoir blanchi les Marlins pendant 6 manches ; Dempster fait de même aux Dodgers pendant 7 manches. Le match se joue en relève, les Marlins l'emportant 2-1. Les deux finiront comme releveur, la conversion ayant lieu en 2002 pour Gagné et en 2004 pour Dempster.
  • #12 : Ryan Dempster contre Mike Johnson, Ligue Nationale, 1er juillet 2000. Le lanceur des Marlins affrontent cette fois l'Albertain Johnson, qui après un premier séjour avec Orioles et Expos en 1997, ne fait que de brèves apparitions dans les majeures en 98-99. Il aura une opportunité prolongée en 2000, faisant 13 départs et 28 apparitions en relève. Pour la fête du Canada, les Marlins sont en visite à Montréal. Dempster a facilement le dessus, donnant 3 points en 6,2 manches, contre 6 points en 4 manches pour Johnson. Dempster a le crédit du gain, et Johnson subit le revers. Ce dernier a lancé brièvement en relève pour les Expos en 2001, sa dernière saison dans les majeures.
  • #13 : Shawn Hill contre Jeff Francis, Ligue Nationale, 24 août 2007. Le match de la semaine dernière. Les deux ont très bien fait, surtout que le match était au Coors Field. Hill a limité les Rockies à 1 point en 7 manches, alors que Francis a donné 2 points mérités en 6,1 manches. Chad Cordero a bousillé l'avance, et les Rockies ont gagné 6-5, les deux Canadiens n'étant pas impliqués dans la décision.

Avec Éric Bédard, Adam Loewen et Rich Harden aussi comme réguliers, et d'autres comme Phillipe Aumont qui s'en viennent, la liste devrait s'allonger dans les prochaines années.

2 commentaires:

pimor a dit...

le premier duel francophone contre francophone sera probablement Bédard contre Aumont

Le fantôme du stade a dit...

Possible, mais il y a encore bien lien de la coupe aux lèvres. Aumont n'a même pas débuté chez les pros.

Il est aussi possible que des Franco-Américains se soient affrontés. Et là, c'est pas du tout identifiés qui parlait français. Des lanceurs comme Claude Passeau par exemple.

Même si les deux atteignent les majeures, c'est pas si simple de se croiser dans un match. Cormier et Boucher se sont ratés par exemple. Et avec Bedard, Loewen, Harden, Francis et Hill dans les rotations, on a eu un seul duel.